Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 22:54

La "diva" du fado

Musicienne (01/07/1920 - 06/10/1999)

 

 

 

 

Amália Rodrigues  fait partie de ces artistes rares qui parviennent à incarner toute une culture. Pour le monde entier, sa voix bouleversante et la puissance de son interprétation en ont fait l’âme du Portugal.

L'héritière du fado portugais

Cinquième d'une famille de neuf enfants, Amália Rodrigues est élevée par sa grand-mère maternelle. Elle commence dès 1939 à chanter des textes du compositeur Joaquim José de Lima dans les "maisons de fado" de Lisbonne, et notamment au club Retiro da Severa, sous le nom d'Amalia Rebordao.

La jeune femme est en effet attirée depuis toujours par le fado, ce chant populaire portugais nostalgique et sensuel importé du Brésil au XIXe siècle à Lisbonne.

Au Solar da Alegria, au Café La Gare, au Luso ou au Café Mondego, Amália reprend la gestuelle d'Alfredo Duarte Marceneiro, autre père du fado.

C’est donc figée, les yeux fermés et l’expression pleine de supplice que la jeune femme interprète ses chants.

Soixante ans de carrière internationale

Madrid la découvre en 1942, suivi du Brésil deux ans plus tard, où elle enregistre un album. Elle y reviendra souvent, comme à Paris, où elle chante pour la première fois en 1949, chez Carrère, une boîte chic.

En 1955, en jouant dans les Amants du Tage d'Henri Verneuil, Amália  accède à l'international.  

 

En 1956, l'Olympia la voit sur scène, soufflant la vedette aux Compagnons de la Chanson, à la veille de l'immigration Portugaise. Suivront ensuite l'ABC, Bobino… où elle interprète, en français "Aïe mourir pour toi" de Charles Aznavour en 1957.

Désormais,
Amália  est le Portugal. Sa présence sur scène et sa voix inimitable expliquent son rayonnement national et international. Mais la révolution des œillets de 1974 l’empêche de continuer à chanter le fado car on lui reproche de servir la dictature du Doutor Salazar.

 

Elle doit alors attendre que les intellectuels récupèrent le fado pour resurgir.

 


 

 

Mais cette incarnation vivante de l'âme Portugaise parvient sans mal à revenir sur le devant de la scène et dès 1985, elle triomphe dans la salle du Coliseu de Lisbonne.

 

Décorée par le président de la République Mario Soares en 1990, elle fait ses adieux à la scène et s'installe au Portugal, au terme de soixante ans de carrière.

 

Pour le cinéma, Amália Rodrigues joue son premier rôle, en 1946, dans «Capes noires» réalisé par Armando de Miranda.

 

C’est le film le plus vu au Portugal jusqu’à nos jours. Elle remporte encore un grand succès, l’année suivante, avec «Mouraria», un drame musical de Perdigão Queiroga.

 

Elle tourne encore en vedette pour José Leitão de Barros dans «Vendaval Maravilloso» (1949) et pour Augusto Fraga dans «Sangue toureiro » (1957).

 

Privilégiant sa carrière de chanteuse elle se contente de faire des apparitions pour, en autres, Henri Verneuil, Tito Davison et Wim Wenders.

 

Elle tourne également dans quelques productions télévisées et des documentaires.


Au cours des années qui passent, elle voit disparaître son compositeur Alain Oulman, son ami poète David Mourão-Ferreira et son époux, César Seabra, avec lequel elle était mariée depuis trente-six ans.


Le 6 octobre 1999, Amália Rodrigues décède à l’âge de soixante-dix-neuf ans, peu après le retour de sa maison de vacances de Alentejo, plongeant le peuple Portugais dans une profonde tristesse.


Le Président Jorge Sampaio déclare alors un deuil national de trois jours.

 

À ses funérailles des centaines de milliers de lisbonnais sont descendus dans les rues pour lui offrir un dernier hommage.


Avec plus de cent-soixante-dix disques à son effectif, et une douzaine de films, on la compare parfois à la Callas.

 

Les restes de la chanteuse ont été transportés au Panthéon National de Lisbonne.

C’est la première femme, parmi les Portugais illustres, à y entrer.

Sa mort a été un choc pour l'ensemble des Portugais

 


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

14.122 MHz - Réseau DX

     RADIOAMATEUR

Réseau Amical Francophone

 

                   http://www.hamqsl.com/solarvhf.php 

 

         Infos Réseau

 

en préparation

 

                            

 

 CDXC

Recherche

Coup de Cœur

cousincousine

 

Archives